A Song of Ice and Fire, #1 A Game of Thrones – G.R.R Martin

♡  Livre coup de cœur ♡ 

couv50723772

« Après avoir tué le monarque dément Aerys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le nouveau souverain du royaume des Sept Couronnes. Tandis qu’en son domaine de Winterfell, son fidèle ami le Duc Edward Stark rend paisiblement la justice. Mais un jour, le roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles : le trône est en péril. Stark, qui s’est toujours tenu éloigné des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les terres du Nord pour rejoindre la cour et ses intrigues. L’heure est grave, d’autant qu’au-delà du mur qui protège le royaume depuis des siècles, d’étranges créatures rôdent…  »

LA CRITIQUE

Aujourd’hui, je m’attaque à la chronique d’un géant de la fantasy, mais aussi à un livre dont l’action se passe dans l’un de mes univers favoris (oui, oui, un de mes univers favoris, je vous assure que je ne suis pas maso).

A Song of Ice and Fire n’est plus tout jeune, mais n’a connu de succès que très récemment grâce à la série TV culte Game of Thrones, dont je suis une grande fan. Je la connais en effet depuis ses tout débuts où je n’étais qu’une adote boutonneuse et peureuse, et cela faisait un moment que je voulais m’attaquer aux livres. D’une part, parce que je voulais absolument avoir plus de détails, et d’autre part, parce que la série part dans une direction totalement différentes des livres, et elle omet également pas mal de choses. J’ai donc pris mon courage à deux mains, et ai entamé le premier tome… en français. Ce fut un petit drame, et moi qui réussit pourtant bien facilement à m’enfiler le Seigneur des Anneaux ou le Silmarillion en quelques jours, je n’ai pas réussi à aller au bout de ce livre-ci. Il y avait en effet comme une lourdeur dans l’écriture, comme si le traducteur se forçait à adopter un vocabulaire particulièrement chiant et dépassé. Heureusement, j’ai retenté l’expérience cet été en VO, et c’est passé comme une lettre à la poste cette fois, même s’il m’a tout de même fallu 4 semaines pour avaler ce monstre.

Je ne vous apprends probablement rien, mais ASOIAF (ou le Trône de Fer en français) est une série de romans se déroulant dans le monde de Westeros, où l’été dure depuis des années et des années. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, le climat se refroidit peu à peu, et il est dit qu’un hiver sans précédent s’apprête à arriver et à rester pour des centaines d’années. Au moment où commence l’histoire, Robert Barathéon est Roi des 7 Royaumes de Westeros, ayant lui-même détrôné le Roi Fou Aerys II Targaryen quelques années auparavant. Mais comme tout est loin d’être simple dans le Trône de Fer, la Main du Roi (une sorte de premier ministre) meurt dans des conditions un peu étranges, et l’avidité de pouvoir de l’une des plus grandes familles nobles du Royaume, les Lannister, se ressert de plus en plus autour de la gorge du Roi. C’est pour cela qu’il va faire appel à l’honneur et la fidélité de l’un de ses plus grands amis et allié, Eddard Stark, le Gardien du Nord. Il ne suffit, après, que de quelques incidents pour déclencher une crise politique énorme suivie de guerres, et le jeu des royaumes et du pouvoir va s’enclencher pour tous les tomes à venir.

Ceci n’est qu’un résumé très condensé qui ne présente que l’intrigue principale, car il y a aussi l’histoire de Daenerys Targaryen, seule survivante d’une famille légendaire, il y a également l’histoire des Marcheurs Blancs… Pour tout vous dire, ASOIAF me rappelle énormément Shakespeare, car il y a un côté Guerre des Roses et Richard III dans son univers (si vous voulez savoir d’où G.R.R Martin a tiré la fabuleuse idée de faire faire cuisiner à Arya les fils de Walder Frey dans une tarte et de le servir au père de ces derniers, lisez donc Titus Andronicus). Il y a aussi un côté play within the play, des histoires à l’intérieur d’une histoire principale, et j’aime énormément ce concept. De plus, je reviendrai plus loin sur cette idée, mais l’une des pensées Shakespeariennes majeure est présente tout au long de GoT, soit, l’idée fondamentale de la formule Valar Morghulis, que tout homme doit mourir et que nous ne sommes que de passage sur cette Terre. En gros, aucun de vos personnages préférés n’est en sécurité dans le Trône de Fer, et il peut mourir à tout moment ! Bref, je trouve que G.R.R Martin est un génie, et après m’être un peu informée, je confirme que c’est un auteur extrêmement cultivé et ça se sent.

J’ai commencé ma lecture en ayant peur de m’ennuyer, car c’est sûr que ça ne risquait pas d’être super folichon de le lire quand on connaît toutes les surprises à l’avance à cause de la série ! Mais en fait, je ne me suis pas du tout ennuyée, bien au contraire. Cette lecture a permis d’éclairer certains points que je n’avais pas compris dans la série, mais m’a aussi apporté beaucoup plus d’informations et de contenu divers et varié. J’ai aussi pu apprécier l’écriture de G.R.R Martin que je trouve très fluide et riche à la fois, et je vous invite vivement à le lire en VO. Quand on se motive à s’y mettre, ça n’est pas vraiment compliqué je trouve. Après, je sais que le côté « intrigues de pouvoir » peut rebuter, mais ce n’est pas du tout comme vous pouvez vous l’imaginer. Il y a des retournements de situation dont on n’aurait absolument pas pensé, et comme je l’ai dit plus au-dessus, ne vous attachez surtout pas à aucun personnage. Parce que l’auteur est-là, vous regarde fangirler, et se moque complètement de vous…

Bref, on ne s’ennuie jamais avec le Trône de Fer, et j’ai hâte de commencer l’intégrale 2, ce gros pavé de 900 pages, qui j’ai entendu dire commence à différer de la série sur certains points ou du moins, sur certaines scènes. Et inutile de préciser que, bien entendu, c’est une lecture coup de cœur.

20/20

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

2 réflexions sur “A Song of Ice and Fire, #1 A Game of Thrones – G.R.R Martin

    • Le parfum des pages dit :

      C’est vrai qu’il faut aimer les intrigues de pouvoir. Après, l’avantage c’est que l’auteur joue beaucoup sur l’effet de surprise et certains retournements de situations sont très surprenants. Et pour les personnages, je crois que HBO n’a pas voulu en mettre autant dans la série… et ça se comprend haha, dans les derniers livres j’ai vu que pas mal de lecteurs se perdaient aussi !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s